Nuit d'horreur

Nuit d'horreur

  Idiolecte d'assonance.. | Page d'accueil | Attentat.. 



 

            Dehors, il pleuvait un déluge sans nom. Le bruit de la pluie était si fort qu’il masquait tous les autres. Le ciel était noir de nuages en colère, zébrant de terribles éclairs éblouissants.

 

            Le tonnerre était d’une puissance inimaginable et le fort vent faisait s’échouer violemment la pluie contre les carreaux des fenêtres, au point même de craindre que les éléments soient plus forts que la maison.

 

            Lydia était terrorisée. Elle compta les secondes entre un éclair et le tonnerre, pour connaître la distance de l’orage. Moins d’une seconde, il était juste au dessus de leurs têtes. Lydia avait peur. Et Carole un peu aussi.

 

            En réalité, ce qui inquiétait Carole, c’est qu’André était parti voilà plus d’une demi-heure, pour aller chercher du bois dans la remise en face de la maison. Cela faisait bien trop longtemps qu’il était parti. Et de toute façon, le bois serait certainement mouillé.

 

            En prenant Lydia dans ses bras, Carole s’approcha de la double porte et regarda à travers. Elle se dit que ces étranges portes américaines étaient finalement bien pratiques, une première porte classique et une seconde, s’ouvrant vers l’extérieur et qui permettait de voir à travers. Nous n’avons pas cela en Europe, se fit-elle la réflexion. Deux portes, voilà bien la preuve du manque de confiance des américains et de leurs peurs à propos de la sécurité.

 

            Dehors, elle ne voyait pas grand-chose, à cause de la tempête, sa vue se limitait à l’allée d’entrée, la petite cour et faiblement au loin, elle pouvait distinguer légèrement la remise. La porte était ouverte. Elle ne savait pas quoi faire. Et si André avait encore fait une attaque ? Cela pouvait être possible, le cœur du beau père de Carole était fragile.

 

            Carole se demandait si elle devait sortir par ce temps infernal. Peut être allait-il revenir dans moins d’une minute, haletant, trempé des pieds à la tête, avec du bois recouvert d’une bâche, pour pouvoir faire démarrer cette satanée cheminée. Une demi-heure, cela faisait quand même trop.

 

            Carole se retourna, réconforta un peu Lydia tremblante dans ses bras et fit quelques pas pour décrocher son manteau du porte-manteau. Lorsqu’elle se retourna vers la porte, elle eut une frayeur immense.

 

            Quelqu’un était devant la porte. Une gigantesque ombre. De stupeur, Carole ne sentit plus ses jambes et tomba à terre, toujours avec Lydia dans ses bras qui n’avait pas crié mais qui était aussi effrayée qu’elle.

 

            L’ombre devant la porte était celle d’un homme, très grand, avec un ciré gris-brun, un bâton dans la main droite, une sorte de sac dans la main gauche. Il se trouvait dans le mauvais côté de l’éclairage et Carole ne pouvait rien distinguer d’autre qu’une ombre, aucun trait, aucun détail, juste une silhouette.

 

            Carole rassembla sa raison pour prononcer quelques mots. Elle ne demanda pas qui c’était, cela elle s’en foutait totalement. Ce qu’elle voulait savoir, c’était ce qu’il voulait. Mais l’homme ne répondit pas.

 

            Il avança et à cet instant un éclair tomba extrêmement près, dans la cour, éclairant en une fraction de seconde, les pires peurs de Carole. L’homme avait un sourire malsain, des taches sombres sur ses chaussures. Mais ce qui rendit Carole presque folle, ce fut de voir ce qu’il avait dans ses mains. Dans la droite, le bâton était en fait une longue hache, dans la gauche, ce qu’elle avait pris pour un sac était en fait le visage blafard d’André, la tête décapitée et dégoulinante de sang, que l’homme tenait par les cheveux.

 

            Carole et Lydia se mirent à crier d’une seule et puissante voix. Lydia se réfugia derrière sa mère. Carole essaya de se relever, mais elle était tétanisée. Le temps qu’elle se redresse sur ses genoux, l’homme avait ouvert la double porte et était entré. Il laissa tomber la tête par terre et prit la hache à deux mains. Il la leva très haut, au dessus du visage de Carole et l’abattit avec force.

 

            Dans un geste de survie désespéré, ne pensant qu’à sauver sa vie, Carole attrapa Lydia et la ramena devant elle. La hache fit un bruit sourd, un ‘TCHAC’ d’épouvante.

 

            Lydia avait reçu la hache dans le crâne. Elle était rentrée profondément et des morceaux de cervelets se mélangeaient à une si abondante profusion de sang noir, dégoulinant des cheveux blonds de la petite fille, qu’ils en devinrent rouges en quelques instants.

 

            Carole cria sans réellement admettre ce qui était arrivé, elle cria d’un cri étouffé, muet, où toute la force de sa peur s’était transformée en un ébahissement de terreur. Elle cria en regarda la tête de sa fille dodelinante, elle cria quand l’homme retira avec ses deux mains la haches de la tête de son innocente fille. Elle cria, impossible de comprendre ce que ses yeux voyaient. Elle cria quand le corps de sa chaire s’écroula sur le sol, à ses pieds. Elle vit le visage de Lydia, balafré d’une ouverture géante, plongeant de la tempe droit jusqu’au nez, l’œil de sa fille pendant, entouré d’un sang totalement visqueux, poisseux, collant, un sang de mort.

 

            Carole réalisa alors l’intense horreur de la scène et se sentit défaillir. Elle s’écroula à son tour au sol. Juste avant de perdre connaissance, elle vit la hache s’abattre sur son visage…



escapades nocturnes nuit d horreur

L’auteur assume parfaitement le côté cliché de cette scène et remercie chaleureusement Stephen King pour lui avoir donné des frissons de ce genre.


  Idiolecte d'assonance.. | Page d'accueil | Attentat.. 

Ajouté le 23:23 à 31/7/2009
- Poster un commentaire | Envoyer à un ami

<:o)

halalaaa c'est horrible cette vision vers la fin...ça fout la frousse..bonne week end

clarimage - 20:57 - 1/8/2009

<:o)

tellement la frousse qje me suis trompeé ..faut lire bon et non bonne 

clarimage - 20:59 - 1/8/2009

d(-_°)b

COUCOU !! TRES BIEN TON BLOG !!
bonne continuation !!


meszamoursbynath66 - 13:56 - 5/8/2009

A propos du blogueur

Je mets en ligne mes écrits, sans prétention et sans ménagement. En espérant, pas forcément vous plaire, mais au moins vous sortir pour quelques temps de l'ordinaire...

Escapades Nocturnes


Tous les écrits présentés ici sont mis à la disposition selon les termes de la Licence Creative Commons.

«  November 2017  »
MonTueWedThuFriSatSun
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930


Menu

Photo album
Accueil
Voir mon profile
Archives
Blog RSS
Mon livre d'or

Catégories

Concours d'écriture
Nouvelle
Poésie
Quo Vadis ?
Souvenirs

Amis

5
antonkarmazoe
chibanimation
clysthendra
niced
rouxremi

Liens

Ma gallerie de photographies
Le lit
Humanité ?
Formicidae
Régularité
Dreamer
Nous pleuvons
Mourir par amour
Incandescence
Clown
Voyager vraiment
Partir
Dernier voyage
Rondeau
Bénédicte
Quo vadis ? Episode 1
Idiolecte d'inversement
Symphonie
Le chat
Quo vadis ? Episode 2
Psychopathie
Haut dans le ciel
Parler !
Quo vadis ? Episode 3
Pleure avec moi
Coeur
Le goût de la mort
Quo vadis ? Episode 4
Marionnettes
Conte des vieux sentiments
Je commence demain
Quo vadis ? Episode 5
Un homme sous la pluie
Egarements
Le désert sans toi
Quo vadis ? Episode 6
On a parlé
Allégorie de la caverne ?
Poésie ?
Quo vadis ? Episode 7
Me faire taire ?
Hyperémotivité
Le prince de six sous
Quo vadis ? Episode 8
Carpe Noctem
Langundo
Encore des larmes
Quo vadis ? Episode 9
Mon besoin
Mon endroit
Mon mal
Quo vadis ? Episode 10
Ma force
Denary
Quo vadis ? Episode 11
Espoir et lassitude
Introspection de soi grâce à une horloge qui fait tic-tac
Après tout...
Quo vadis ? Episode 12
Les vies arrêtées
Courir et sauter
Univers cité
Quo vadis ? Episode 13
Celui qui devait mourir pour exister
Parmi eux
Poème pour ne rien dire
Quo vadis ? Episode 14
La fin d'un monde
Jasmine
Amour égoiste
Quo vadis ? Episode 15
X - térie
1912
Page blanche
Quo vadis ? Episode 16
Idiolecte d'assonance
Nuit d'horreur
Attentat
Quo vadis ? Episode 17
Vivre le phoenix
La ville où les gens regardaient en l'air
On the road again
Quo vadis ? Episode 18
Noir
Désolation
Viv(r)e la nuit
Quo Vadis ? Episode 19
Sandra
Songes intemporels
Jardinièretés
Quo Vadis ? Episode 20
Sakunakahori
Renunciation
La plus belle vie au monde

Services


Sondage

| Contact author |