1912

1912

  X-térie.. | Page d'accueil | Attentat.. 



“I’m ready…I just have to wait now… 1912, 1912… I’m ready now…”

 

Georges Heatherday a soixante et onze ans, il vit en Arizona, dans la petite ville de Springerville. Georges Heatherday est considéré par ses voisins comme étant un petit vieux un peu spécial. Surtout depuis son accident. Ancien mécanicien aujourd’hui à la retraite, Georges Heatherday a effectivement connu des jours meilleurs.

 

Il y a quatre mois, Georges Heatherday a eu un accident vasculaire cérébral, il a perdu connaissance dans sa cuisine en se servant du café. Mais grâce à la divine présence d’un de ces voisins ce jour-là, il a été conduit d’urgence à l’hôpital d’Eagar, duquel il s’est réveillé groggy après un court coma.

 

Comme tous les américains, Georges Heatherday n’aime pas l’hôpital. D’abord parce qu’il coûte cher, qu’aucun soin n’est gratuit, et puis surtout parce que statistiquement c’est encore le lieu où les gens meurent le plus.

 

De sa faible retraite et de son tempérament bourru, Georges Heatherday a voulu quitter l’hôpital trois heures après son réveil, prétextant préférer aller se reposer chez lui. Les médecins ont néanmoins déclaré le garder en observation deux jours, le temps de passer quelques examens plus approfondis.

 

Résigné, il a pris son mal en patience, et c’est alors que l’enfer a commencé pour Georges Heatherday. Attendant impatiemment que le temps passe, Georges Heatherday a allumé la télévision de sa chambre et a regardé la chaine locale, KTTU TV 18. A la retraite depuis plus de sept ans, Georges Heatherday avait pris l’habitude de regarder la télévision, pour tout dire, c’était devenu sa principale activité.

 

Or, le soir de sa première nuit en observation, un peu après avoir terminé son plateau repas, soit vers environ 20 heures, l’émission “Win At Home”débute. Passablement fatigué, Georges Heatherday allait s’endormir, mais un mot l’a tiré de sa douce somnolence. En effet, l’équipe télévisée se rend ce soir dans la petite ville de Springerville. Il reconnaît alors sa rue, son allée, sa maison, sa double porte, close. Le présentateur frappe à la porte. Georges Heatherday se rue sur la télécommande et augmente le son.

 

“Here lives the happy winner of this evening! And the splendid present which we give this evening, in partnership with the society WorldTravel, is a trip around the world of a length of one year! The only condition to win this fabulous trip is to respond to this question: which year Arizona became the 48th state of America? Let’s see if our candidate knows answer!”

 

“GOD DAMNIT” s’écrit Georges Heatherday en entendant cela. Il la connait la réponse ! 1912 bien sur ! L’année de la naissance de sa mère ! Georges Heatherday enrage et crie comme un damné, mais personne ne l’entends, pas même le présentateur.

 

“Unfortunately, the winner of this evening isn’t present. Bad luck for him, maybe more lucky next time.” Et l’émission s’arrête alors…

 

Le monde s’écroule sous les pieds de Georges Heatherday. Il n’a plus qu’une seule idée en tête, quitter ce lieu au plus vite et essayer de rattraper l’équipe télé. Bon Dieu ! Il connaît la réponse ! Il doit rentrer chez lui maintenant ! Il n’est pas trop tard, se dit-il. Il se lève, va prendre ses vêtements dans la penderie de la chambre, s’habille et sort d’un pas à la fois décontracté et rapide.

 

Georges Heatherday passe devant le bureau des infirmières,et arrive devant l’accueil, la standardiste est occupée au téléphone, elle lève le regard vers lui et il lui fait son plus beau sourire en hochant la tête,tout en continuant à se rendre vers la sortie. La standardiste lui a rendu poliment son sourire sans tiquer puis a replonger dans sa conversation téléphonique.

 

Une fois dehors, il appelle un des taxis qui stationnent devant l’hôpital et fonce chez lui. Personne alors. Georges Heatherday paye le chauffeur sans le regarder de ce qui lui reste d’argent dans les poches et se précipite ensuite vers sa maison.

 

“They will come back…soon… That’s certain! I know the answer! I just have to wait… 1912, 1912! I know the answer…God… A trip around the world… My God! A world trip… And I have never left Arizona…”

 

Voilà ce qui s’était passé, il y a quatre mois de cela. Depuis Georges Heatherday a aménagé son lit près de la porte d’entrée, dans le séjour. Il dort habillé, prêt à aller ouvrir, prêt à partir. Il a fait ses valises,deux grandes malles, remplies de vêtements et de divers bibelots. Il est prêt à partir dans l’heure. Il faut juste qu’ils reviennent.

 

Le matin, Georges Heatherday se lève à l’aurore, prévoyant, au cas où l’équipe de télévision serait matinale. Le soir, il ne s’endort qu’à cause de la fatigue due à son âge. A chaque instant de la journée, il a peur de s’endormir. Et s’ils venaient pendant ce moment là, ce moment où il aurait baissé sa garde ? Pour être un peu plus tranquille, Georges Heatherday a installé une petite clochette devant la porte, si quelqu’un vient, il sonnera sans doute.

 

Mais la peur de rater cet évènement est devenu maladif. Georges Heatherday a désormais peur d’aller aux toilettes ou dans la salle de bains. Et s’ils venaient pendant ce moment là ? Il a décidé de ne plus se laver et de passer le moins de temps possible aux toilettes. Puis petit à petit, Georges Heatherday a décidé de ne plus utiliser qu’une seule pièce pour vivre : son séjour. Il ne cuisine plus, il a ramené toute la nourriture qu’il avait près de son lit, il a préparé de nombreux sandwichs, au cas où l’équipe de télévision tarderait un peu à revenir.

 

Il arrivait parfois à Georges Heatherday de parler seul, parfois, comme un peu tout le monde. Mais depuis son retour de l’hôpital, il parle de plus en plus à voix haute.

 

“I’m going to travel around the world. God! Poor Mum, all that is thanks to you! 1912! I know the answer! I’m ready now! I just have to wait!”

 

Georges Heatherday surveille en permanence son poste de télévision, qui est désormais allumé sans interruption. Personne ne risque devenir le déranger, il a déjà annoncé à ses voisins qu’il partait faire un long voyage. Quant à sa famille, cela fait bien plus de vingt ans qu’il n’a pas eu de nouvelle de sa sœur, installée quelque part en Floride, et sans doute est-ce mieux ainsi. La famille n’a jamais été très importante pour Georges Heatherday. Sans doute est-ce aussi ce qui explique qu’il ne s’est jamais marié et n’a jamais eu d’enfant. Il était arrivé à Georges Heatherday de ressentir la profonde solitude qui l’entourait et parfois il a eu des regrets. Mais désormais cela allait changer, car sa vie allait changer aujourd’hui même ! Ou peut être demain au pire ! Enfin certainement avant la fin de la semaine ! Au pire, au début de la semaine suivante… Il n’avait qu’à attendre. Ils finiront bien par revenir obligatoirement : il connaît la réponse à la question, il a gagné un voyage autour du monde…

 

“1912… I’m ready now… I just have to wait… They won’t be long… A world Trip! God! I’m soexcited to leave America and see the rest of the world! I just have to wait… They will come tomorrow…1912… I’m ready… I just have to wait…”



escapades nocturnes nouvelle 1912

  X-térie.. | Page d'accueil | Attentat.. 

Ajouté le 23:42 à 7/7/2009
- Poster un commentaire | Envoyer à un ami

<:o)

et il attendra sa vie durant qu'ils reviendront pas ces gens de la télé mdr pov Georges..mais il leur doit quand même une chandelle à ces gens   il lui ont permis le rêve ,"l'alerte" et l'attente nourrit l'espoir..quoique sa vie en soit devenue conditionnée  contente de te lire Nocturne..

clarimage - 06:59 - 8/7/2009

A propos du blogueur

Je mets en ligne mes écrits, sans prétention et sans ménagement. En espérant, pas forcément vous plaire, mais au moins vous sortir pour quelques temps de l'ordinaire...

Escapades Nocturnes


Tous les écrits présentés ici sont mis à la disposition selon les termes de la Licence Creative Commons.

«  November 2017  »
MonTueWedThuFriSatSun
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930


Menu

Photo album
Accueil
Voir mon profile
Archives
Blog RSS
Mon livre d'or

Catégories

Concours d'écriture
Nouvelle
Poésie
Quo Vadis ?
Souvenirs

Amis

5
antonkarmazoe
chibanimation
clysthendra
niced
rouxremi

Liens

Ma gallerie de photographies
Le lit
Humanité ?
Formicidae
Régularité
Dreamer
Nous pleuvons
Mourir par amour
Incandescence
Clown
Voyager vraiment
Partir
Dernier voyage
Rondeau
Bénédicte
Quo vadis ? Episode 1
Idiolecte d'inversement
Symphonie
Le chat
Quo vadis ? Episode 2
Psychopathie
Haut dans le ciel
Parler !
Quo vadis ? Episode 3
Pleure avec moi
Coeur
Le goût de la mort
Quo vadis ? Episode 4
Marionnettes
Conte des vieux sentiments
Je commence demain
Quo vadis ? Episode 5
Un homme sous la pluie
Egarements
Le désert sans toi
Quo vadis ? Episode 6
On a parlé
Allégorie de la caverne ?
Poésie ?
Quo vadis ? Episode 7
Me faire taire ?
Hyperémotivité
Le prince de six sous
Quo vadis ? Episode 8
Carpe Noctem
Langundo
Encore des larmes
Quo vadis ? Episode 9
Mon besoin
Mon endroit
Mon mal
Quo vadis ? Episode 10
Ma force
Denary
Quo vadis ? Episode 11
Espoir et lassitude
Introspection de soi grâce à une horloge qui fait tic-tac
Après tout...
Quo vadis ? Episode 12
Les vies arrêtées
Courir et sauter
Univers cité
Quo vadis ? Episode 13
Celui qui devait mourir pour exister
Parmi eux
Poème pour ne rien dire
Quo vadis ? Episode 14
La fin d'un monde
Jasmine
Amour égoiste
Quo vadis ? Episode 15
X - térie
1912
Page blanche
Quo vadis ? Episode 16
Idiolecte d'assonance
Nuit d'horreur
Attentat
Quo vadis ? Episode 17
Vivre le phoenix
La ville où les gens regardaient en l'air
On the road again
Quo vadis ? Episode 18
Noir
Désolation
Viv(r)e la nuit
Quo Vadis ? Episode 19
Sandra
Songes intemporels
Jardinièretés
Quo Vadis ? Episode 20
Sakunakahori
Renunciation
La plus belle vie au monde

Services


Sondage

| Contact author |