La fin d'un monde

La fin d'un monde

  Quo vadis ? XIV.. | Page d'accueil | Attentat.. 




Vous vous quittez,

Certains avec hâte,

Souriant de cette liberté

Que vous prenez,

Vous souriez de voir,

Enfin,

Achevée cette année,

Et avec elle tout ce temps passé,

Avec autant de gens,

Vous repartez tout sourire donc,

Retournez chez vous.

 

Peut-être alors,

Comprendrez-vous,

Peut-être,

Ne sera-ce que demain,

La semaine prochaine

Ou quand sais-je,

Mais alors vous comprendrez

Ce sentiment

Qui anime ceux

Qui sont restés.

 

Ces certains autres

Qui sont restés

Pendant que vous partiez

Tout à l’heure

Tout sourire :

Oui,

Eux l’ont beaucoup moins,

Ce sourire,

Vous les méprisez quelque peu,

Sentimentalistes !

 

Ils perdent leur temps,

À s’enlacer,

À s’embrasser,

À faire cent projets sur la comète,

Toutes ces promesses

Qui ne seront pas tenues,

Selon vous,

Toute cette mascarade

De faux sentiments.

 

Ce n’est qu’une fois réalisé

Ce que cela représentait vraiment

Que vous réagirez de la même façon,

Si vous avez un cœur,

Ce dernier se tordra de la même douleur

Qu’on ressentit ceux qui sont restés,

Là-bas,

Devant l’université.

 

Vous regretterez,

Sans doute,

Amèrement,

De n’avoir participé,

Sans doute,

Courrez-vous pour les rattraper,

Vous excuser,

Profiter,

Mais il sera déjà trop tard.

 

Vous connaissez le dicton

Qui dit que

C’est après avoir perdu quelque chose

Que l’on s’en attriste vraiment,

Vous ne pensiez pas

Que cela s’appliquait aux gens,

Ces gens

Que vous avez côtoyés,

Pendant trois longues années,

Ces gens

Qui vous ont tous au moins une fois

Déplus,

Déçus,

Méprisés.

 

Pourtant vous des regrettez,

Enfin,

Regrets de ne plus rester dans cette famille

Que vous vous étiez construite en ce lieu,

Parmi eux.

Ce n’est que maintenant,

Chez vous,

Que vous ressentez leur manque,

L’envie de tous les revoir,

Même ceux

Qui ne vous plaisaient pas plus que cela,

Juste pour se donner une idée de faux semblant,

Juste pour réinventer ce contexte,

Ce fameux climat

Qui vous était si propice,

Depuis tout ce temps.

 

Finalement avec une larme,

Vous penserez aux autres

Qui ne sont plus vous,

Maintenant,

Et regretterez les bons moments passés…



escapades nocturnes le mans universite du maine

  Quo vadis ? XIV.. | Page d'accueil | Attentat.. 

Ajouté le 09:26 à 30/4/2009
- Poster un commentaire | Envoyer à un ami

.


Mon Ami  alors que se passe t-il un coup de blues ??? arf
Tu sais à un moment ou un autre nous passons tous par ce sentiment à nous dire "à quoi bon..." et puis cela passe car l'on se rend compte que chaque petit bonheur que l'existence nous offre est bon à prendre et même infime soit-il, il nous fait du bien...
Je te souhaite tout plein de bonheur mon ami  avec ce long WE du premier mai qui arrive mais aussi tout au long de ta vie
Je te fais de gros bisous Nocturne
Affectueusement Marie

pensee - 09:57 - 30/4/2009

:o)

vois ce que j'ai cueilli pour toi ..plein de bonheur à te souhaiter

.passes en un de muguet au sujet3 et que cela chasse sa peine du dernier 'article"

clarimage - 12:25 - 1/5/2009

:o)

ouuuulàaa tu broies du noir Nocturne  ah nostalgie quand tu nous prends  mais bon ..allez passe un bon samedi 

clarimage - 09:25 - 2/5/2009

Bonjour Nocturne !

Plein de bisous pour toi pour te redonner le moral..
J'espère que tu vas un peu mieux mon ami
Viens me faire  un tit coucou pour me rassurer stp
Belle journée
Amitié Imagine

imagine - 11:43 - 6/5/2009

Bravo escapadesnocturnes

Félicitation pour ton blog et bonne continuation.

Je dépose mon vote aujourd'hui

Bonne fin journée

Domaineavie

domaineavie - 23:05 - 10/5/2009

j'en suis

J'en suis de ceux là qui sont retourné chez eux, sans se retourner, jamais, pour voir les sourires ravis des autres ; de ceux qui restent planté là comme des papillons de nuit accroché à leur lampadaire préféré.

Ma mère me racontait, petit, que les si les insectes tournaient autour des lumières le soir, c'était qu'ils pensaient naïvement s'être posé sur la Lune. Adorable n'est-ce pas ?
Il en va de cette comptine comme des regrets amassés en grappe lors d'une nouvelle vie s'annonçant.

Je suis de ceux là qui ne se retournent pas car il n'y avait pas à se retourner ; non Nocturne, l'Université n'a pas été pour tous une ballade printanière avec des bergers et des bergères compatissants.
A titre personnel ce fut une flétrissure douloureuse de compromission, d'humiliation, et la douceur des sourires de ce jour là, sur les marches de la faculté, n'ont apaisé en rien les relents âcres qui bouillonnent dans mon ventre comme un feu infernal.

Jamais je n'aurai de regrets d'être parti ce jour là sans me retourner.
Parce que j'étais déjà parti un peu ; parce que je n'appréciais plus grande monde là-bas. Et que je sais reconnaître les odeurs nauséabondes des adieux interminables qui ne conviennent qu'à ceux qui s'aiment.

J'écris tout cela parce que je faisais partie de ceux-là ; de ceux qui partent.

Mais je me permets une question Nocturne, elle n'est pas méchante, elle n'est pas acide :

Nous, ceux qui partent, qui nous a retenu ?

aede - 21:47 - 24/5/2009

A propos du blogueur

Je mets en ligne mes écrits, sans prétention et sans ménagement. En espérant, pas forcément vous plaire, mais au moins vous sortir pour quelques temps de l'ordinaire...

Escapades Nocturnes


Tous les écrits présentés ici sont mis à la disposition selon les termes de la Licence Creative Commons.

«  November 2017  »
MonTueWedThuFriSatSun
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930


Menu

Photo album
Accueil
Voir mon profile
Archives
Blog RSS
Mon livre d'or

Catégories

Concours d'écriture
Nouvelle
Poésie
Quo Vadis ?
Souvenirs

Amis

5
antonkarmazoe
chibanimation
clysthendra
niced
rouxremi

Liens

Ma gallerie de photographies
Le lit
Humanité ?
Formicidae
Régularité
Dreamer
Nous pleuvons
Mourir par amour
Incandescence
Clown
Voyager vraiment
Partir
Dernier voyage
Rondeau
Bénédicte
Quo vadis ? Episode 1
Idiolecte d'inversement
Symphonie
Le chat
Quo vadis ? Episode 2
Psychopathie
Haut dans le ciel
Parler !
Quo vadis ? Episode 3
Pleure avec moi
Coeur
Le goût de la mort
Quo vadis ? Episode 4
Marionnettes
Conte des vieux sentiments
Je commence demain
Quo vadis ? Episode 5
Un homme sous la pluie
Egarements
Le désert sans toi
Quo vadis ? Episode 6
On a parlé
Allégorie de la caverne ?
Poésie ?
Quo vadis ? Episode 7
Me faire taire ?
Hyperémotivité
Le prince de six sous
Quo vadis ? Episode 8
Carpe Noctem
Langundo
Encore des larmes
Quo vadis ? Episode 9
Mon besoin
Mon endroit
Mon mal
Quo vadis ? Episode 10
Ma force
Denary
Quo vadis ? Episode 11
Espoir et lassitude
Introspection de soi grâce à une horloge qui fait tic-tac
Après tout...
Quo vadis ? Episode 12
Les vies arrêtées
Courir et sauter
Univers cité
Quo vadis ? Episode 13
Celui qui devait mourir pour exister
Parmi eux
Poème pour ne rien dire
Quo vadis ? Episode 14
La fin d'un monde
Jasmine
Amour égoiste
Quo vadis ? Episode 15
X - térie
1912
Page blanche
Quo vadis ? Episode 16
Idiolecte d'assonance
Nuit d'horreur
Attentat
Quo vadis ? Episode 17
Vivre le phoenix
La ville où les gens regardaient en l'air
On the road again
Quo vadis ? Episode 18
Noir
Désolation
Viv(r)e la nuit
Quo Vadis ? Episode 19
Sandra
Songes intemporels
Jardinièretés
Quo Vadis ? Episode 20
Sakunakahori
Renunciation
La plus belle vie au monde

Services


Sondage

| Contact author |