Les vies arrêtées

Les vies arrêtées

  Quo Vadis ? XII.. | Page d'accueil | Attentat.. 


 

            Parfois, il arrive que dans des circonstances assez complexes mais très rares, des vies se retrouvent en suspens. C’est le cas de ce jeune homme, en attente du reste de sa vie. Coincé ici par le plus simple des sentiments : l’amour.

 

            En attente perpétuelle de celle qui lui a apporté l’amour, celle qui est repartie avec aussi. Que doit-il faire en attendant son retour, si retour il y a un jour ? Lui a mis sa vie en suspens, attendant, ne vivant plus vraiment, survivant seulement.

 

            On pourrait vous expliquer l’espoir qui le motive, mais cela est plutôt maigre, voilà longtemps qu’il attend, et il ne croit plus vraiment à l’espoir. Il a pourtant envisagé de nombreux scénarios, tous plus incroyables les uns que les autres. Assassiner son rival, faire capoter leur amour, faire en sorte qu’elle réalise l’amour qui lui manque réellement, devenir invisible à tous, se mourir, s’abandonner à autre chose, ou alors à rien.

 

            Bref, il avait déjà fais le tour de la question, pensé à toutes les solutions possibles, à tous ces choix auxquels il avait accès, mais aucun n’était bon, à part celui d’attendre. Mais penser à tout cela lui avait fait perdre du temps, ou plutôt gagner, tout dépend du point de vue. Il espérait, mais c’était à la limite du fantasme, tellement la chose était irréalisable.

 

            Elle, elle c’était différent. Parfois, elle pensait à lui, parfois elle lui écrivait. Mais il n’y avait plus d’amour dans tout ce qu’elle lui disait, plus aucune caresse, plus aucune sensibilité. Elle se montrait parfois même piquante, voire méchante avec lui, sans doute pour bien s’éloigner de ses sentiments profonds. Car oui, il était possible qu’elle ait encore des sentiments pour lui. Avec elle, il était difficile de savoir ce qui était au fond de son cœur.

 

            Ainsi elle était dure envers lui, elle s’en rendait compte aussi, mais elle ne pouvait se permettre de s’excuser, cela aurait été lui avouer qu’il y avait bien toujours quelque chose. Et puis elle voulait surtout qu’il ne recommence pas à espérer. Car elle pensait qu’il avait continué sa vie, en l’oubliant enfin. Grave erreur. Il continuait à être hanté par elle, elle l’obsédait. Il n’était pas question pour lui d’aimer quelqu’un d’autre de la même façon.

 

            Alors oui, pour lui faire plaisir, il avait continué à vivre, à faire sa vie avec d’autres femmes, se faisant croire à lui-même qu’il était heureux ainsi et qu’il pouvait l’oublier. Cruelle illusion qu’est l’amour, elle disparaît aussi vite et souvent qu’elle apparaît.

 

            Donc en fin de compte, il était toujours là, suspendu entre les mondes, perdus dans le temps, attendant, attendant sans cesse et en y perdant peu à peu la tête. Il observait beaucoup, attendant son tour, cherchant à créer le bon moment lui-même, espérant redevenir son super héro, revenir dans sa vie simplement.

 

            Elle ne pouvait le permettre, pas seulement parce qu’elle devait cacher le moindre des sentiments à son égard, mais aussi parce qu’elle avait trouvé la stabilité avec celui qui avait pris sa place. Elle se persuadait que tout allait bien pour elle avec le nouveau, que l’ancien, comme son nom l’indique, était du passé.

 

            Pour elle, il était important dans la vie, pour progresser, de ne plus tourner la tête vers le passé, mais de regarder vers le futur. Lui avait un regard différent, il était perdu dans le passé, agréable, celui où il avait été avec elle, ces bons souvenirs, sa mémoire sélective ne lui exposant que les bons moments, effaçant les mauvais. Il était heureux parmi les chimères qu’il avait inventées, peu à peu il sombrait dans ce monde et dans la folie.

 

            Il lui arrivait de parler seul, sans qu’il s’en rende compte, car il pensait lui parler à elle. Mais il n’y avait personne pour l’écouter, que sa profonde solitude. Il était seul, même parmi la masse qu’il fréquentait, les gens ressentaient sa solitude, son caractère étrange, déviant par rapport à tous les autres. Il était différent, mais on ne savait pourquoi et on ne savait qu’y faire. On essayait donc de l’accepter ainsi.

 

            Et même ses proches ne pouvaient se douter de quoi que ce soit. Sa folie jouait avec son intelligence, qu’il avait d’assez grande, pour masquer à tout autre ses illusions, ne vivant que lui-même dans ce monde de l’entre-deux. Il avait sombré dans ce monde d’attente, mais personne d’autre que lui ne le savait.

 

            Lui, il pensait que lorsqu’elle reviendrait, tout cela s’arrangerait, que ce monde d’imagination le laisserait enfin tranquille, que les choses se briseraient comme par miracle grâce à elle.

 

            Ainsi il n’avait aucunement peur de sombrer davantage dans la folie, puisqu’avec son retour, il guérirait. Pauvre fou, oui car il était à plaindre. Il devenait de plus en plus étrange pour ses proches mais on expliquait cela avec diverses fausses excuses, surmenage, stress, et autres. Il était bien entouré,on aurait du féliciter ses proches de ne pas l’avoir lâché un seul instant, de lui avoir toujours garantit une amitié dont il se nourrissait sans s’en rendre compte, croyant que c’était d’elle qu’elle venait.

 

            Voici donc l’étrange histoire de ce dernier patient, dont je vous narre le psychisme. Il est arrivé chez nous après avoir tué un homme, dans la rue, qu’il avait pris pour le nouveau compagnon de son amour perdu. Il s’est retrouvé ainsi dans ma clinique, spécialisée dans les soins et aides de types psychiatriques. Il avait conscience de ce qu’il avait fait, il se sentait coupable et avait une très mauvaise estime de lui et de son acte.

 

            Mais cet acte de folie s’explique en partie à cause du fait qu’il a nourrit son monde fantasmatique dans lequel le seul frein à son bonheur avec sa tendre amoureuse était le type avec qui elle était depuis leur relation. Il se réfugiait souvent dans son monde et il était difficile d’avoir une conversation sérieuse avec lui, il faut attendre ses phases de lucidité qui se trouvent de plus en plus courtes.

 

            Il n’est pas un danger pour lui-même et nous ne pensons pas qu’il soit un danger pour qui que ce soit d’ailleurs, c’est surtout quelqu’un qui a trop vécu dans l’attente, qui a cru pouvoir en sortir, mais par un mauvais moyen.

 

            Il va falloir à moi-même et à mon équipe de médecin spécialisé de venir en aide à ce jeune homme, à le faire sortir progressivement de son monde dans le but de détruire totalement ce dernier, lui permettre de reprendre pied dans le monde réel, celui où il faut avancer et pas rester sur son sentiment d’échec.

 

            Il nous faudra beaucoup de temps, nous en sommes conscients, mais il est clair que son rétablissement est possible. On lui a dit dans le temps que le temps effaçait toute chose, et que donc son malheur serait effacé avec le temps. Je ne sais pas qui lui a raconté cela, mais c’est la base même de ses tourments.

           

            Il va nous falloir lui apprendre à vivre malgré les souvenirs impérissables qui viendront sans doute parfois le hanter la nuit. Il nous faut prendre de risque de lui expliquer que leur relation est finie, pour de bon, qu’il ne doit pas sombrer mais au contraire avancer sur lui-même, se donner les moyens de vivre, vraiment, parmi les gens normaux, à qui ce genre de chose est déjà arrivé.

 

            Il lui faudra beaucoup de courage pour sortir de son monde imaginaire, mais vu la force avec laquelle il s’est installé dans son monde d’attente, nous pensons que le processus peut être inversé et qu’il pourra s’en sortir.

 

            J’ai envie de conclure ce rapport avec l’appréciation personnelle suivante : je suis content de voir que tous les patients atteints de folie ne sont pas tous fous à vie, que certains peuvent guérir, s’en sortir. Je place mes espoirs dans ce patient, il y arrivera je pense, et cette fois, c’est le temps qui va nous dire quand.

 


escapades nocturnes nouvelle


[...]

I pack myself in ice - have I told you that?
It obviates their infrascopes.
I know chants and I wear charms.
You may think you have me but I could destroy you
any second now.

Any second now.

Any second now.

Would you like some coffee, my love?

Did I tell you I can`t go out no more?
There`s a man by the door
in a raincoat.


 Extract from "Panaroid : A Chant"
 by Stephen King

  Quo Vadis ? XII.. | Page d'accueil | Attentat.. 

Ajouté le 00:07 à 3/3/2009
- Poster un commentaire | Envoyer à un ami

COUCOU

Un petit passage sur ton blog pour

te souhaiter une bonne journee

bis

maxhelena - 08:04 - 6/3/2009

..

je joins mon souhait au tiens:que ce patient puisse trouver la paix intérieure et que cet amour qu'il a pour cette femme ne le perde pas complètement..je reviendrai lire ce qui me ressort des antennes sur la tête je cite le fameux: "quo vadis" bon dimanche

clarimage - 03:55 - 8/3/2009

COUCOU*

UN COUCOU SUR TON BLOG

POUR TE DIRE BONNE NUIT

BIS

maxhelena - 23:54 - 9/3/2009

A propos du blogueur

Je mets en ligne mes écrits, sans prétention et sans ménagement. En espérant, pas forcément vous plaire, mais au moins vous sortir pour quelques temps de l'ordinaire...

Escapades Nocturnes


Tous les écrits présentés ici sont mis à la disposition selon les termes de la Licence Creative Commons.

«  November 2017  »
MonTueWedThuFriSatSun
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930


Menu

Photo album
Accueil
Voir mon profile
Archives
Blog RSS
Mon livre d'or

Catégories

Concours d'écriture
Nouvelle
Poésie
Quo Vadis ?
Souvenirs

Amis

5
antonkarmazoe
chibanimation
clysthendra
niced
rouxremi

Liens

Ma gallerie de photographies
Le lit
Humanité ?
Formicidae
Régularité
Dreamer
Nous pleuvons
Mourir par amour
Incandescence
Clown
Voyager vraiment
Partir
Dernier voyage
Rondeau
Bénédicte
Quo vadis ? Episode 1
Idiolecte d'inversement
Symphonie
Le chat
Quo vadis ? Episode 2
Psychopathie
Haut dans le ciel
Parler !
Quo vadis ? Episode 3
Pleure avec moi
Coeur
Le goût de la mort
Quo vadis ? Episode 4
Marionnettes
Conte des vieux sentiments
Je commence demain
Quo vadis ? Episode 5
Un homme sous la pluie
Egarements
Le désert sans toi
Quo vadis ? Episode 6
On a parlé
Allégorie de la caverne ?
Poésie ?
Quo vadis ? Episode 7
Me faire taire ?
Hyperémotivité
Le prince de six sous
Quo vadis ? Episode 8
Carpe Noctem
Langundo
Encore des larmes
Quo vadis ? Episode 9
Mon besoin
Mon endroit
Mon mal
Quo vadis ? Episode 10
Ma force
Denary
Quo vadis ? Episode 11
Espoir et lassitude
Introspection de soi grâce à une horloge qui fait tic-tac
Après tout...
Quo vadis ? Episode 12
Les vies arrêtées
Courir et sauter
Univers cité
Quo vadis ? Episode 13
Celui qui devait mourir pour exister
Parmi eux
Poème pour ne rien dire
Quo vadis ? Episode 14
La fin d'un monde
Jasmine
Amour égoiste
Quo vadis ? Episode 15
X - térie
1912
Page blanche
Quo vadis ? Episode 16
Idiolecte d'assonance
Nuit d'horreur
Attentat
Quo vadis ? Episode 17
Vivre le phoenix
La ville où les gens regardaient en l'air
On the road again
Quo vadis ? Episode 18
Noir
Désolation
Viv(r)e la nuit
Quo Vadis ? Episode 19
Sandra
Songes intemporels
Jardinièretés
Quo Vadis ? Episode 20
Sakunakahori
Renunciation
La plus belle vie au monde

Services


Sondage

| Contact author |