Conte des vieux sentimentaux

Conte des vieux sentimentaux

  Marionnettes.. | Page d'accueil | Quo Vadis ? VI.. 



Il était une fois deux amoureux solitaires. Deux hommes amoureux, amoureux, amoureux et amoureux encore, envoûtés par la même Femme.

 

 

Le premier L’ avait connu dans ses jeunes années, tôt, peut - être trop tôt dans sa vie et dans son cœur. Mais néanmoins il avait vécu quelques brèves années de bonheur total grâce à Elle. Le bonheur, le vrai, celui des contes, celui qui permet d’ oublier tous les maux, tous les malheurs du monde ne semblant plus exister, et partout, le regard amoureux déformant toute chose. Tout ce qui Lui appartenait était un trésor. Une simple robe devenait le tissu le plus rare du monde, car c’ était Elle qui la portait. Ce n’ était plus de l’ amour mais une véritable passion fusionnelle.

 

 

Un beau conte, très beau, mais court, comme tout ce qui est agréable.

 

 

            L’ autre homme avait ensuite accueilli cette merveilleuse Femme dans sa vie et avait succombé lui aussi à cette Déesse humaine. Il avait vécu avec Elle le même conte, si doux et si époustouflant,  pendant un grand bout de chemin de la vie si tortueuse. Des projets de couples, une relation longue et solide, saine et intense. Le bonheur encore une fois. Tout était merveilleux auprès d’ Elle. Son sourire franc et Son rire si agréable, si rassurant, Son regard malin qui voulait signifier mille choses à la fois. Elle était la Femme dont tous rêvaient. Il suffisait de L’ entendre dire “ je t’ aime “ le matin, pour passer la plus belle journée du monde… jusqu’ au lendemain.

 

 

            Mais la vie est injuste, elle méprise les sentiments et nous arrache ceux que l’ on aime. Et la première chose qu’ oublient les amoureux est que rien n’ est jamais éternel. Ainsi un tragique et funèbre jour, la Femme tant aimée partit pour le ciel et rendit les deux hommes affligés, désespérés, inconsolables. Leur tristesse était à l’ampleur de l’ amour qu’ils avaient éprouvé pour l’ Amour de leur vie, infinie.

 

 

            Ne pouvant se résoudre à la perte de cette unique et prodigieuse Femme, les deux hommes pensèrent d’ abord à La rejoindre rapidement dans un supposé autre monde. Après des dizaines voire des centaines d’ heures de pleurs, de larmes lourdes, de détresse sans nom où le cœur ne semble plus vouloir battre, car ne battant plus à l’ unisson avec Celle qu’ il chérissait tant, les deux hommes, fous de chagrin et chagrinés de folie, mirent de coté leur rivalité et travaillèrent de concert pour retrouver leur Amour.

 

 

Avec la science sans cesse en développement, ils utilisèrent illégalement les techniques du clonage sur être humain, et grâce à l’ ADN contenu dans une mèche de cheveux de leur tendre Amante, réussirent à faire renaître la Femme la plus belle et la plus merveilleuse du monde. Illégale, mais aussi et surtout non aboutie, la technique du clonage humain reproductif ne pouvait pas encore figer ni les gènes de la croissance ni ceux du vieillissement.

 

 

Mais les deux amoureux n’ écoutant que leur cœur meurtri firent fi de ce détail et réussirent à cloner leur Dulcinée. Une nouvelle Elle, une copie qu’ ils espéraient parfaite. Alors les deux hommes observèrent grandir la copie de la Femme qu’ ils avaient tant, tous deux, chérie. Elle fut adulte en huit années. Le temps passait si vite sur Son visage si blanc et si doux. Sa voix avait muée mais elle gardait ce timbre si délicat dont le moindre mot faisait frissonner les deux hommes. Ils pleuraient sans cesse de voir à nouveau à la vie leur Amour. Ils en venaient même parfois à oublier qu’ Elle n’ était qu’ un clone et l’ aimèrent en confondant l’ amour de la Défunte et celui de la Présente. Ils étaient tels deux pères, deux frères, deux amants pour Elle. Aucune notion, à part celle de l’ amour, le plus grand sentiment de tous, qui leur permit de vivre loin de la réalité, tous trois, dans leur nouvelle petite bulle de bonheur.

 

 

La première ride apparue à l’ age de quatorze ans ans, Ces cheveux commencèrent à blanchir, tout comme ceux des deux hommes, Elle vieillissait vite, tellement vite… Mais Elle continuait toujours à garder ce sourire magique qui avait tellement de pouvoir sur les deux hommes. Sa beauté ne s’ effaçait pas, et malgré le fait que son processus de vieillissement était extrêmement rapide, les deux hommes ne virent pas l’ inévitable, perdus dans leur relation irréel avec la copie de l’ Amour de leur vie. Si bien que lorsqu’ Elle s’ éteignit à son tour, à l’ age de dix huit ans, les deux hommes furent pris par surprise. Et même s' ils avaient vieillit aux cotés de leur ravissant Amour, la douleur n’ en fut que plus terrible lorsqu’ Elle perdue une seconde fois la vie.

 

 

Réalisant enfin le mal et la peine qu’ ils s’ étaient fait à recréer leur malheur, ils moururent tout deux de chagrin…





  Marionnettes.. | Page d'accueil | Quo Vadis ? VI.. 

Ajouté le 15:48 à 29/6/2008
- Poster un commentaire | Envoyer à un ami

Commentaire sans titre

Très touchant ce texte, belle histoire d'amour, très émouvant pour les romantiques, bravo ! bonne semaine ! mes étoiles pour ton blog !

JASPEROUGE - 19:03 - 29/6/2008

Commentaire sans titre

"résurrection" vois que ton amour a fait de ces deux prétendants  bon début de semaine Nocturne 

bribescoeur - 03:37 - 30/6/2008

Commentaire sans titre

bonne nuit Nocturne..

bribescoeur - 02:59 - 2/7/2008

Commentaire sans titre

 

très beau ton texte

bonne journée

isa

JEUXDUNET - 09:08 - 2/7/2008

Commentaire sans titre

juste pour t'apporter mon vote..bonne nuit ..

bribescoeur - 02:47 - 3/7/2008

Commentaire sans titre

ben ..où t'es encore passé toi 

bribescoeur - 03:09 - 11/7/2008

Commentaire sans titre

...

bribescoeur - 19:25 - 13/7/2008

Commentaire sans titre

étrange mais ya un truc qi me sort qand j'essaie de voir mon blog depuis mon blog ca me dit :vous ne pouvez pas visiter ce blog ..mdrrr bonne nuit Nocturne ...si jamais je ne suis plus là c'est un coup de l'un(e) de ces enfoirés qi foisonnent par ici ..ave

bribescoeur - 02:53 - 15/7/2008

Commentaire sans titre

bonjour...passe un bon jeudi ..à bientôt

bribescoeur - 07:24 - 17/7/2008

Commentaire sans titre

bon dimanche..samedi passé à la plage..retour morose chez moi lol..mais j'y reviens bientôt au bord de l'eau ..lol

bribescoeur - 14:00 - 27/7/2008

A propos du blogueur

Je mets en ligne mes écrits, sans prétention et sans ménagement. En espérant, pas forcément vous plaire, mais au moins vous sortir pour quelques temps de l'ordinaire...

Escapades Nocturnes


Tous les écrits présentés ici sont mis à la disposition selon les termes de la Licence Creative Commons.

«  November 2017  »
MonTueWedThuFriSatSun
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930


Menu

Photo album
Accueil
Voir mon profile
Archives
Blog RSS
Mon livre d'or

Catégories

Concours d'écriture
Nouvelle
Poésie
Quo Vadis ?
Souvenirs

Amis

5
antonkarmazoe
chibanimation
clysthendra
niced
rouxremi

Liens

Ma gallerie de photographies
Le lit
Humanité ?
Formicidae
Régularité
Dreamer
Nous pleuvons
Mourir par amour
Incandescence
Clown
Voyager vraiment
Partir
Dernier voyage
Rondeau
Bénédicte
Quo vadis ? Episode 1
Idiolecte d'inversement
Symphonie
Le chat
Quo vadis ? Episode 2
Psychopathie
Haut dans le ciel
Parler !
Quo vadis ? Episode 3
Pleure avec moi
Coeur
Le goût de la mort
Quo vadis ? Episode 4
Marionnettes
Conte des vieux sentiments
Je commence demain
Quo vadis ? Episode 5
Un homme sous la pluie
Egarements
Le désert sans toi
Quo vadis ? Episode 6
On a parlé
Allégorie de la caverne ?
Poésie ?
Quo vadis ? Episode 7
Me faire taire ?
Hyperémotivité
Le prince de six sous
Quo vadis ? Episode 8
Carpe Noctem
Langundo
Encore des larmes
Quo vadis ? Episode 9
Mon besoin
Mon endroit
Mon mal
Quo vadis ? Episode 10
Ma force
Denary
Quo vadis ? Episode 11
Espoir et lassitude
Introspection de soi grâce à une horloge qui fait tic-tac
Après tout...
Quo vadis ? Episode 12
Les vies arrêtées
Courir et sauter
Univers cité
Quo vadis ? Episode 13
Celui qui devait mourir pour exister
Parmi eux
Poème pour ne rien dire
Quo vadis ? Episode 14
La fin d'un monde
Jasmine
Amour égoiste
Quo vadis ? Episode 15
X - térie
1912
Page blanche
Quo vadis ? Episode 16
Idiolecte d'assonance
Nuit d'horreur
Attentat
Quo vadis ? Episode 17
Vivre le phoenix
La ville où les gens regardaient en l'air
On the road again
Quo vadis ? Episode 18
Noir
Désolation
Viv(r)e la nuit
Quo Vadis ? Episode 19
Sandra
Songes intemporels
Jardinièretés
Quo Vadis ? Episode 20
Sakunakahori
Renunciation
La plus belle vie au monde

Services


Sondage

| Contact author |