Marionnettes

Marionnettes

  Quo vadis ? IV.. | Page d'accueil | Quo Vadis ? VI.. 




          Oh pantins ridicules, squelettes animés, articulés par ces grands, ces grands qui vous contrôlent et qui contrôlent tout.

 

          Oh triste danse de la vie, danse macabre que vous accomplissez. Les fils finissent par se rompre ou se fendre et les bonshommes désarticulés chutent sur la petite scène ridicule de l’' existence.

 

          Oh théâtre misérable qu'’ est la vie, tes planches sont inégales, tes rideaux ont beau présenter l’ illusion, ton mauvais spectacle n’ en est que plus pathétique.

 

          Oh fantoches, dotés d’ une raison si minime, mais suffisante à leurs yeux, lorsque vous vous rebellez et réclamez plus de liberté, ils coupent un fil, et l’ affaire est réglée.

 

          Oh pitoyables publics sublimés, vous n’ avez pas compris encore, mais en coupant tous les fils, la véritable liberté est la mort.

 

          Oh Marionnettes, vous voyez des croix au dessus de vos têtes et concluez vite à un dieu. Mais regardez mieux le symbole de votre soumission. N’ est - ce point ensecretement que vous voyez, plutôt qu’' un signe du divin ?

 

          Oh tristes croyants, vous vous empressez de fonder des religions si contradictoires et si semblables. Croire en quelque chose de supérieur vous réconforte. Mais vous vous fourvoyez, il n’ est de dieux qu'’ eux. 

 

          Oh complexe pièce de la vie, pourquoi ne te définis - tu pas simplement, pourquoi continuer à te situer vers la tragédie plutôt que la comédie ?

 

          Oh figurines aveugles,  pourquoi vous attachez - vous les unes aux autres en sachant parfaitement que vous souffrirez de leurs inéluctables pertes ?

 

          Oh hommes de peu d’ estime de vous - même, vous ne vous rassurez que grâce à de grossiers subterfuges, totalement risibles.

 

          Oh comédiens de tous les jours, le train-train ne vous agace - t’ il pas ? “ Métro boulot dodo “ vous parle à tous et pourtant vous l’ acceptez en courbant l’ échine.

 

          Oh pauvre spectateur du monde que je suis, rien ne va plus, les hommes ont perdus toutes valeurs, tout honneur et toute fierté. Ce monde va à sa perte et je ne puis que le huer. Contemplant la fin de la civilisation, je ne peux me dérober et quitter cette mauvaise représentation. Désespoir de ces hommes qui s’ entre tuent sans même savoir pourquoi, de ces grands, si peu nombreux, commandant toute la masse, innombrable. Ce dégoût de ce que je vois me pousse à poser tout haut la question : comment en sommes - nous arrivé là ? Tous, marionnettes, anonymes et si rapidement remplacés. Qui viendra changer les choses et d’ abord peuvent - elles être sauvées ? Qu’' en sais - je et qu’' importe ! Nous connaissons tous la fin du grand livre de la vie, et parfois, il me tarde de ne pouvoir lire que des pages blanches où nous réécririons un monde plus humain.

 



 

Oh Démocratie, ne t’ inquiète donc pas, tu te meurs, tu péris ou tu pourris, mais moi, je ne t’ oublierais pas.


 

Oh Capitalisme, ne t’ inquiète donc pas, le monde entier a accepté de se vendre pour rien.

 

Oh Politique, ne t’ inquiète donc pas, les peuples continuent à croire que tu peux changer les choses.

 

Oh Corruption, ne t’ inquiète donc pas, tu sembles devenir de plus en plus acceptable.

 

Oh Dictateur, ne t’ inquiète donc pas, tu es défendu et tu gagnes mêmes les amitiés des dirigeants des “ peuples libres “.

 


Oh Citoyen, ne t’ inquiète pas, ton nom a été effacé des dictionnaires, mais moi je ne t’ oublierais pas.


 

Oh Innocence, ne t’ inquiète donc pas, tu disparais chez l’' enfant seulement à partir de l’' age de huit ans.

 

Oh Misère, ne t’ inquiète donc pas, il reste plus de trois milliards de personnes au monde qui vivent avec moins de deux dollars par jour.

 

Oh Cancer, ne t’ inquiète donc pas, tu t’ es développé tellement vite que dès à présent, plus aucun homme ne mourra de vieillesse mais par toi.

 

Oh Faim, ne t’ inquiète donc pas, cent milles personnes meurent de toi chaque jour et Mac Donald annoncent un chiffre d’ affaire annuel de vingt deux milliards de dollars.

 

Oh Destruction, ne t’ inquiète donc pas, même s’ il t’ arrive d’ être naturelle, la plupart du temps c’ est l’ homme qui te crée.

 


Oh Conscience, ne t’ inquiète donc pas, les hommes t’ effacent peu à peu, mais moi je ne t’ oublierais pas.


 

Oh Amérique, ne t’ inquiète donc pas, ton futur président fera comme l’ ancien, il cherchera à asservir les peuples au nom du pétrodollar.

 

Oh Chine, ne t’ inquiète donc pas, le monde semble venir à ta porte, pour utiliser tes travailleurs qui coûtent dix - huit euro par mois.

 

Oh Guerre, ne t’ inquiète donc pas, l’ homme ne cherche qu’' à tuer son prochain, et chaque année compte plusieurs dizaines de nouveaux conflits dans le monde.

 

Oh Nature, ne t' inquiète donc pas, si l' homme déforeste l' équivalent de la surface de l' Angleterre chaque année, il commence enfin à replanter derrière son affligent passage.


Oh Pandore, qui a ouvert la boîte ? Pourquoi tout le monde accepte ces maux ? Pourquoi personne ne lutte contre ?


          Oh moi, moi je ne m' inquiète donc pas, car si tout va mal, je fais quand même parti du tout, et si tout explose, je suivrais le mouvement. Inexorablement
         



Oh Liberté, ne pleure pas, je crois encore en toi.






Dans une vie future
Je pourrais être enfant Éthiopien, si ça se trouve...

Et quand mon père me demandera
Qu'est ce que tu veux être quand tu seras grand ?

Je lui dirais
Papa quand je serais grand
Je veux simplement... être... vivant...
Aide moi...


Dans une vie future,
Je serais peut être aussi...

Chinois...
Enfermé à vie dans un camp de rééducation

Bolivien...
Prisonnier politique assassiné en prison

Colombien...
Torturé à mort par les forces de sécurité

Afghan...
Exécuté sans jugement sur une place publique

Tibétain...
Condamné à mort pour avoir simplement crié "Tibet libre"

Algérien...
Égorgé devant ma famille


J'ai souvent l'impression étrange
Que Dieu fait payer certains hommes
Bien au dessus de leurs moyens


La réincarnation, Roland Magdane.


  Quo vadis ? IV.. | Page d'accueil | Quo Vadis ? VI.. 

Ajouté le 00:30 à 16/6/2008
- Poster un commentaire | Envoyer à un ami

Commentaire sans titre

t'inquiète quand ça cassera tout le monde y passera  et quand ça cassera pour ma vie future je voudrais être "étoile" afin d'avoir un oeil sur  mes  ex-semblables  

bribescoeur - 01:56 - 17/6/2008

Commentaire sans titre

bonne journée Nocturne..

bribescoeur - 01:13 - 20/6/2008

Commentaire sans titre

juste pour te souhaiter bon week-end.. j'adoore la chanson 10,sweet lullaby,les mecs sur la vidéo me rappèlent la façon à danser d'un de mes neveux..et moi même je fais pareil dommage qje sache pas cq on y dit ..mais cq j'en retiens donne un peu ça:"gnagna gnagnaaa naa héé dorééyé konayaa ..amitiés Nocturne

bribescoeur - 00:46 - 21/6/2008

Commentaire sans titre

un grand vote pour toi Nocturne  même s'il n y en a ni grand ni petit ..grand donc pour te dire "bravo" 

bribescoeur - 03:32 - 25/6/2008

Commentaire sans titre

Salut. Bonne fin de dimanche. J'aime beaucoup ton blog. A bientôt avec mon vote....

soldatdelapoesie - 18:33 - 27/7/2008

A propos du blogueur

Je mets en ligne mes écrits, sans prétention et sans ménagement. En espérant, pas forcément vous plaire, mais au moins vous sortir pour quelques temps de l'ordinaire...

Escapades Nocturnes


Tous les écrits présentés ici sont mis à la disposition selon les termes de la Licence Creative Commons.

«  November 2017  »
MonTueWedThuFriSatSun
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930


Menu

Photo album
Accueil
Voir mon profile
Archives
Blog RSS
Mon livre d'or

Catégories

Concours d'écriture
Nouvelle
Poésie
Quo Vadis ?
Souvenirs

Amis

5
antonkarmazoe
chibanimation
clysthendra
niced
rouxremi

Liens

Ma gallerie de photographies
Le lit
Humanité ?
Formicidae
Régularité
Dreamer
Nous pleuvons
Mourir par amour
Incandescence
Clown
Voyager vraiment
Partir
Dernier voyage
Rondeau
Bénédicte
Quo vadis ? Episode 1
Idiolecte d'inversement
Symphonie
Le chat
Quo vadis ? Episode 2
Psychopathie
Haut dans le ciel
Parler !
Quo vadis ? Episode 3
Pleure avec moi
Coeur
Le goût de la mort
Quo vadis ? Episode 4
Marionnettes
Conte des vieux sentiments
Je commence demain
Quo vadis ? Episode 5
Un homme sous la pluie
Egarements
Le désert sans toi
Quo vadis ? Episode 6
On a parlé
Allégorie de la caverne ?
Poésie ?
Quo vadis ? Episode 7
Me faire taire ?
Hyperémotivité
Le prince de six sous
Quo vadis ? Episode 8
Carpe Noctem
Langundo
Encore des larmes
Quo vadis ? Episode 9
Mon besoin
Mon endroit
Mon mal
Quo vadis ? Episode 10
Ma force
Denary
Quo vadis ? Episode 11
Espoir et lassitude
Introspection de soi grâce à une horloge qui fait tic-tac
Après tout...
Quo vadis ? Episode 12
Les vies arrêtées
Courir et sauter
Univers cité
Quo vadis ? Episode 13
Celui qui devait mourir pour exister
Parmi eux
Poème pour ne rien dire
Quo vadis ? Episode 14
La fin d'un monde
Jasmine
Amour égoiste
Quo vadis ? Episode 15
X - térie
1912
Page blanche
Quo vadis ? Episode 16
Idiolecte d'assonance
Nuit d'horreur
Attentat
Quo vadis ? Episode 17
Vivre le phoenix
La ville où les gens regardaient en l'air
On the road again
Quo vadis ? Episode 18
Noir
Désolation
Viv(r)e la nuit
Quo Vadis ? Episode 19
Sandra
Songes intemporels
Jardinièretés
Quo Vadis ? Episode 20
Sakunakahori
Renunciation
La plus belle vie au monde

Services


Sondage

| Contact author |