Bénédicte

Bénédicte

  Rondeau.. | Page d'accueil | Quo Vadis ? VI.. 


 

Les souvenirs de ma jeunesse me reviennent.

 

   Jeune adulte, je m' étais engagé sur un chalutier. Après avoir passé une semaine dans la peau d' un mousse, se restreignant aux simples taches du bateau, à savoir l' entretien et le nettoyage, on m' avait enfin initié au difficile métier de marin. J' appris alors le jargon technique, la proue et la poupe, bâbord et tribord, les pavillons et les signaux, le mile et le pied, les nœuds ou encore le loch, et tout ce qui rend ce métier si différent des autres.


   Je me souviens de ce mal de mer que j' avais mis tant de temps à perdre, la houle secouant le bateau à chaque instant, l' homme insignifiant, croyant maîtriser les éléments. La mer, pourtant, se moquait souvent de nous, et souvent la peur des tempêtes et de ce qu' elles pouvaient entraîner me rendait malade.


   Je maudissais ma stupidité qui m' avait amené à risquer ma vie, sur ce bateau perdu, au milieu de l' océan.


   Mais je tentais aussi de comprendre pourquoi j' étais le seul à avoir peur de mourir. Aucun autre marin ne se souciait des humeurs de la mer, chacun réagissait en fonction d' elle, personne n' avait peur face à un ciel noir ni aux éclairs au loin qui se rapprochaient.


   Lorsque je leur confiais mes inquiétudes, un pâle sourire changeait leurs grimaces habituelles, mais aucun ne disaient mot.


   Il y avait pourtant Bénédicte, qui était un peu un mentor pour moi, un homme bourru, direct, mais qui gardait malgré son grand âge une certaine sensibilité et gentillesse, ce qui faisait assez défaut à bord.

 

   C' est avec ce genre de personnage que j' ai construit ma vie, vous savez, ces rencontres, ce genre d' hommes incroyables qui transforme à jamais votre vie.

 

   Un soir, plutôt calme, après une journée éprouvante mais bénéfique, je lui avais raconté mes peurs.

 

" Tu sais bonhomme, ça va bientôt faire quarante ans que je suis sur les mers. Les autres gars aussi ont beaucoup bourlingué. On a tous eu peur au début. Mais on comprend très vite qu' on ne peut pas vivre avec la peur. Alors on l' apprivoise, puis au fil du temps, on la côtoie tellement qu' on l' oublie.


Tu sais, notre vie n' est pas aussi palpitante que tu peux le penser.


On va sur la mer, on prend du poisson qu' on ramène pour nourrir nos familles, ce qu' il y a en plus on le vend, puis on retourne à l' océan. Voilà notre vie, simplement.


Je fais cela depuis tellement longtemps… Et quant à la peur...


Notre avenir est de mourir dans une tempête, ou de vieillesse avec un peu moins de chance. Mais nous avons des familles au port, et si je disparaissais, mon fils prendrait la relève, c' est aussi simple que cela.


Et puis il faut bien mourir. Nous prenons tellement à la mer qu' il est logique qu' elle reprenne aussi de temps en temps certains d' entre nous. "

 

   Ces propos rassurant sur le coup me donnent aujourd' hui un frisson sans nom. Ces hommes avaient tous perdu un frère, un cousin    ou un ami dans la grande bleue. C' était des pertes rares, mais qui arrivaient toujours à un moment ou à un autre, et chacun vivait en sachant cela.

 

   Je me souviens encore d' une de nos discussions. Pendant ma première semaine de marin, je me réconfortais en écrivant à Charlotte. J' avais toujours sa photo avec moi. Bénédicte l' avait remarqué et m' avait d' ailleurs questionné.

           "   
- Comment s'appelle t' elle ?
- Charlotte.
- Hmm, tu verras fils, à la première tempête, tu perdras sa photo, à la seconde, tu perdras sa pensée, à la troisième, son image, à la quatrième, tu en découvrira une autre. Et puis à la cinquième tu recommenceras à perdre sa photo.
- Est-ce donc cela la vie ?
- La vie, fils... Oui, c'est perdre ceux qu'on aime. C'est se perdre soi-même.
          "

    Du haut de mes longues années, je comprends maintenant tout à fait ce qu' avait voulu dire Bénédicte.


Pour vous terminer ce souvenir de ma jeunesse, sachez ceci :


    Mon expérience de la marine s' arrêta quelque temps après. J' avais été souffrant, cloué au port. Le bateau de ces personnes devenues mes amis partît sans moi, se confronta à un incroyable orage, une virulente tempête dont je loue encore le ciel de m' avoir épargné, et ne revint jamais.


    Les funérailles des marins sont très poétiques. Comme on ne retrouva pas les corps de mes compagnons, on jeta des couronnes de fleurs à la mer, comme si cette dernière allait transmettre notre chagrin à travers ses flots de larmes, elle qui en contient déjà tant. On ne maudissait pas la mer, elle avait simplement repris les pauvres hommes que nous étions.


    Je me souviendrais à jamais de ce dernier adieu que j' ai adressé à mes amis et au tendre Bénédicte.






L'océan sonore

Palpite sous l 'oeil

De la lune en deuil

Et palpite encore,

Tandis qu'un éclair

Brutal et sinistre

Fend le ciel de bistre

D'un long zigzag clair,

Et que chaque lame,

En bonds convulsifs,

Le long des récifs

Va, vient, luit et clame,

Et qu'au firmament,

Où l'ouragan erre

Rugit le tonnerre

Formidablement.

Paul Verlaine


  Rondeau.. | Page d'accueil | Quo Vadis ? VI.. 

Ajouté le 12:08 à 16/2/2008
- Poster un commentaire | Envoyer à un ami

Commentaire sans titre

hii Nocturne..j'adore l'image qui accompagne ton billet ..nous sommes bien "petits"devant certains éléments de la nature et l'image le ressort magnifiquement..j'éspère que t'as passé une bonne st valentin..reçois mes 5* amicales
toutes mes amitiés..et bon week end

bribescoeur - 06:45 - 16/2/2008

Commentaire sans titre

+5*..vite déposées..ca houuule à bord de bloguez 

bribescoeur - 03:22 - 21/2/2008

A propos du blogueur

Je mets en ligne mes écrits, sans prétention et sans ménagement. En espérant, pas forcément vous plaire, mais au moins vous sortir pour quelques temps de l'ordinaire...

Escapades Nocturnes


Tous les écrits présentés ici sont mis à la disposition selon les termes de la Licence Creative Commons.

«  November 2017  »
MonTueWedThuFriSatSun
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930


Menu

Photo album
Accueil
Voir mon profile
Archives
Blog RSS
Mon livre d'or

Catégories

Concours d'écriture
Nouvelle
Poésie
Quo Vadis ?
Souvenirs

Amis

5
antonkarmazoe
chibanimation
clysthendra
niced
rouxremi

Liens

Ma gallerie de photographies
Le lit
Humanité ?
Formicidae
Régularité
Dreamer
Nous pleuvons
Mourir par amour
Incandescence
Clown
Voyager vraiment
Partir
Dernier voyage
Rondeau
Bénédicte
Quo vadis ? Episode 1
Idiolecte d'inversement
Symphonie
Le chat
Quo vadis ? Episode 2
Psychopathie
Haut dans le ciel
Parler !
Quo vadis ? Episode 3
Pleure avec moi
Coeur
Le goût de la mort
Quo vadis ? Episode 4
Marionnettes
Conte des vieux sentiments
Je commence demain
Quo vadis ? Episode 5
Un homme sous la pluie
Egarements
Le désert sans toi
Quo vadis ? Episode 6
On a parlé
Allégorie de la caverne ?
Poésie ?
Quo vadis ? Episode 7
Me faire taire ?
Hyperémotivité
Le prince de six sous
Quo vadis ? Episode 8
Carpe Noctem
Langundo
Encore des larmes
Quo vadis ? Episode 9
Mon besoin
Mon endroit
Mon mal
Quo vadis ? Episode 10
Ma force
Denary
Quo vadis ? Episode 11
Espoir et lassitude
Introspection de soi grâce à une horloge qui fait tic-tac
Après tout...
Quo vadis ? Episode 12
Les vies arrêtées
Courir et sauter
Univers cité
Quo vadis ? Episode 13
Celui qui devait mourir pour exister
Parmi eux
Poème pour ne rien dire
Quo vadis ? Episode 14
La fin d'un monde
Jasmine
Amour égoiste
Quo vadis ? Episode 15
X - térie
1912
Page blanche
Quo vadis ? Episode 16
Idiolecte d'assonance
Nuit d'horreur
Attentat
Quo vadis ? Episode 17
Vivre le phoenix
La ville où les gens regardaient en l'air
On the road again
Quo vadis ? Episode 18
Noir
Désolation
Viv(r)e la nuit
Quo Vadis ? Episode 19
Sandra
Songes intemporels
Jardinièretés
Quo Vadis ? Episode 20
Sakunakahori
Renunciation
La plus belle vie au monde

Services


Sondage

| Contact author |